Le 116, Centre d’Art Contemporain de Montreuil, ouvres ses portes au public

Le Centre d’Art contemporain 116 a été inauguré le 16 octobre en même temps que débutait sa exposition SINGULARITES PARTAGEES.
Le nouveau Centre d’Art Contemporain a été salué par la Maire de Montreuil Dominique Voynet devant un parterre de plusieurs personnes très intéressés au nouvel instrument culturel de la ville.

La Maire de Montreuil pendant l'inauguration

Après le cocktail le public a été invité à visiter la structure et l’expo. Une animation musicale a été ainsi prévue pendant la soirée.

116, Centre d'Art Contemporain de Montreuil

Le 116 se montre comme un lieu stratégique pour la conception et diffusion artistique.
L’inauguration allait de pair avec le lancement officiel de l’exposition du projet inaugural SINGULARITE PARTAGEES, avec le but de réaliser un « catalogue de désirs collectifs ».

116, Centre d'Art Contemporain de Montreuil

L’art pour accueillir le public, juste devant l’entrée principale…

116, Centre d'Art Contemporain de Montreuil

Que vous soyez artistes, passionnés d’art ou simplement sensibles à la mission de l’art, sachez que le 116 est ouvert aux citoyens et invite à la synergie entre artistes.

Voici les coordonnées pour la visite du 116, Centre d’Art Contemporain de Montreuil:

116, rue de Paris, 93 100 Montreuil.
Horaires: me- sa de 14 h à 19 h.
Entrée libre

Pour plus d’information, cliquez ici.

Bonne découverte!

Portes ouvertes des ateliers d’artistes à Montreuil, quinzième édition

Se sont terminés aujourd’hui les rencontres et les découvertes artistiques dans la ville de Montreuil , les « Portes Ouvertes des Ateliers d’Artistes« .
Cette quinzième édition de la manifestation a collecté plus de 170 ateliers et 42 ateliers collectifs, ainsi que nombreux artistes invités et les lieux qui participent à l’événement comme théâtres, bar, cafés.

Portes ouvertes des ateliers d'artistes à Montreuil

La clôture de l’évènement artistique se déroulera au 116, le nouveau centre d’art contemporain de la Ville de Montreuil qui ouvrira ses portes avec l’exposition Singularités partagées, pour une pratique de l’Autre dans l’art contemporain.

Bien sur, je serai là bas! 🙂

Nuit Blanche 2013 à Paris, douzième édition

Nuit Blanche 2013 à Paris, douzième édition

La publication sur la douzième édition de la Nuit Blanche à Paris est vraiment très riche. En effet, il y a un programme formidable qui tiendra éveillés les parisiens de tout âge, une riche édition destinée aux adultes et enfants, ainsi que aux personnes en situation de handicap.

Nuit Blanche 2013 à Paris, douzième édition
Nuit Blanche 2013 à Paris, douzième édition

Le prochain 5 octobre 2013 des artistes de différents pays et styles rendront cet événement magique.

Les Berges de Seine, le canal Saint-Martin, les quartiers de République, du Marais, de Belleville et de Ménilmontant célèbreront la capitale mais aussi la création contemporaine.  En fait les oeuvres ont été réalisées in loco.
La Ratp, partnenaire historique de Nuit blanche, a mis en place tous les solutions de transports pour desservir au mieux les lieux d’animations. Les lignes 1 et 5 du métro seront exceptionnellement ouvertes toute la nuit, et le réseau Noctilien sera renforcé.
Pour plus d’informations, le site officiel de la Ratp.

Donc, rendez-vous le 5 octobre 2013, une riche et chaleureuse Nuit Blanche vous attend! !

Bon voyage, au coin des rues lumières! 🙂

Portes ouvertes des Ateliers de Ménilmontant, 22e édition

L’art est toujours vivante dans la Ville Lumière. En fait, je vous signale la 22e édition de « Portes ouvertes des Ateliers de Ménilmontant « , une manifestation très intéressante avec 150 ateliers ouverts au public. Une occasion à ne pas rater pour les amateurs d’art qui peuvent aller à la rencontre de peintres, sculpteurs, céramistes, graveurs, dessinateurs.

Voici les trois points d’accueil dans le 20ème arrondissement:

MJC Les Hauts de Belleville – 43, rue du Borrégo –  Métro Saint-Fargeau
ESAT de Ménilmontant – 40-42, rue des Panoyaux – Métro Ménilmontant
Librairie Le Comptoir des Mots – 239, rue des Pyrénées – Métro Gambetta

Donc, un rendez-vous incontournable!
Dates et horaires:
27, 28, 29 et 30 septembre 2013 de 14h à 20h, nocturne le vendredi 27 jusqu’à 22h.

Laissez-vous guider pour une promenade artistique au coeur du quartier populaire pour découvrir des espaces insolites d’exposition et des oeuvres magnifiques!

J’étais aussi là!

ateliers_de_menilmontant

Pour plus d’information cliquez ici.

Bonne visite!

L’art, en s’amusant!

Noël s’approche ici à Paris, la Ville des lumières!
J’aime bien me promener et prendre les temps pour découvrir l’art, en toute simplicité.
Voici ce que j’ai trouvé lors de mes ballades en plein coeur des Champs Elysées… amusant, c’est vrai!

Statue Galerie Champs Elysées

A la prochaine! 😉

 

 

Exposition Egypte: Un printemps artistique et révolutionnaire entre le passé, le présent et l’avenir, Rome 22/12/11

 L’Ambassade d’Egypte -Bureau Culturel et l’Association Socio-Culturelle OcchiettiNeri

présentent l’exposition

EGYPT: UN PRITEMPS ARTISTIQUE ET REVOLUTIONNAIRE
ENTRE LE PASSÉ, LE PRÉSENT ET L’AVENIR
de Alessandro Sammarra
Commissaire d’exposition Elisabetta Ricci

22 – 30 DECEMBRE 2011
CENTRE CULTUREL EGYPTIEN, via delle Terme di Traiano, 13 – Roma

 

VERNISSAGE

Invitation de l’Attaché Culturel Prof. Taha Mattar au vernissage de l’exposition en collaboration avec l’Association Socio-Culturel “OcchiettiNeri”

le 22 juillet à 18:00 heures au
CENTRE CULTUREL EGYPTIEN, via delle Terme di Traiano, 13 – Roma

Exposition Egypte

INFO
Centro Culturale Egiziano – via Terme di Traiano, 13 – Roma
tel. 06.4872302 – fax 06.4872351
e-mail: uffculturalegiziano@libero.it – uffculturalegiziano@yahoo.it
OcchiettiNeri
Call Center Numéro Vert (lun-sab 08:00-19:00) 800.090502
fax: 0984.679805
e-mail: associazione@occhiettineri.it

 

L’EXPOSITION
par Elisabetta Ricci, commissaire d’exposition

Un hommage souffert et déchiré cela de Sammarra à l’Égypte et à la Révolution en acte, un procès qui n’est pas encore fini, au contraire, à peine entamé. Une profonde crise qui soulève des nombreux interrogatifs et qu’il contribue à viser les projecteurs sur le Pays arabe, pour longtemps leader, repère de prestige qu’on retrouve à faire les comptes avec un délicat passage politique et social avec des frontières incertaines et problématiques.

Bien tracé est, par contre, le fil rouge qui dans l’exposition de Alessandro Sammarra unit le mystère de l’ancienne civilisation, les fastes du passé et les actuels bouleversements. D’une vision classique, statique, puissante d’Egypte ils émergent les accrocs du présent déchiré de heurtes, dans une fusion passé-présent-future qui ne connaît pas écart temporel, parce que lié par le tempérament d’un peuple fier et courageux qui combat pour les idéaux de paix et démocratie.

Les fentes qui traversent les photographies révèlent une réalité dramatique, étouffée pendant long temps, qui casse avec véhémence les barrières et les schémas de l’oppression.
Le Temps, confiné dans un Hyper Uranium imperturbable, glisse dans une évolution qui ne connaît pas de frontières, et il se projette avec instantanéité vers un future proche d’incertitudes et de précarité.

Pourtant, la technique de Sammarra laisse émerger le drame de la bataille pour la dignité des peuples par une structure puissante qui, malgré tourmentée, blessurée, déchirée, résiste aux bouleversements et il constitue un valide port sûr auquel les bras forts des jeunes égyptiens peuvent aboutir.

Un message, donc, douloureux et significatif, ainsi que exemplaire pour tous les Pays émergents et pas qu’ils suivent la sillage révolutionnaire, trempés de la souffrance et de la passion.

Avec une géniale intuition, Sammarra place le Sud du Monde au premier plan, et il fait en s’inspirant à un regretté artiste de Calabre, Mimmo Rotella, qui à partir des ans ’50 expérimente l’« affiche déchirée ».

Et une affiche déchirée est « Egypte : Un printemps artistique et révolutionnaire entre le passé, le présent et l’avenir», témoignage de l’engagement, militant, de l’artiste, aux côtés de ceux qui luttent, sur le champ, pour ses droits.

À travers un attentif examen des oeuvres de Sammarra on cueille un univers de symboles, significations et signifiants qu’il trace une ultérieure constellation idéale disloquée sur plus de plans de lecture.

Le nombre de tableaux – treize – n’est pas fortuit, puisque il renvoie à signifier la fin d’un cycle. Treize sont les mois lunaires pendant une année, aussi le nombre treize annonce la necessité d’abandoner les vieux systèmes pour seconder le temps du changement.

Un nouveau départ, donc, pour l’Egypte. Comme dans un rite iniatique, la personne initiée est aussi l’usager de l’exposition qui, plein de douleur et tension entre le fini et l’infini, entre joie et souffrance, arrive au niveau plus haut de la hiérarchie : la conscience. Il sort de la caverne ébloui par nouveaux horizons qui tombent sous ses yeux.  Treize, en effet, est aussi 12+1, ou la figure de l’initié, qu’il prend vision des tables et acquiert conscience de valeurs revendiquées et encore enveloppés d’un halo d’incertitude. Liberté, Égalité, Dignité humaine.

L’exposition est donc un coup de fouet aux consciences engourdies et assoupies, un appel à la militance active.

Les treize tables renvoient à la cyclique et éternelle destruction et à la création de la vie. Une nouvelle vie pour l’Egypte dans une oeuvre structurelle ambitieuse de renouvellement politique et social.