La Roumanie: un magnifique pays à découvrir

Ici commence le récit de mon séjour en Roumanie, un pays que j’ai adoré!
J’ai travaillé sur chaque phase du projet international « MOViE Project » par la IIC NGO et aussi organisé des campagnes de sensibilisation du grand public au thème du bénévolat. Pendant le temps libre, j’ai profité pour faire des tours!
Au debut, j’ai visité Bucarest, le « petit Paris de l’Est » pour certains.
J’ai été agréablement surpris et trouvé intéressant de pouvoir connaître sa histoire.
Après, ma destination était Sinaia, situé dans la région de Valachie, un des plus célèbres stations de ski de la Roumanie. Le nom dérive du monastère près et en plus du monastère, une des attractions touristiques principales sont les Peles Châteaux qui construite par le roi de la Roumanie en résidences d’été.
Voilà mon album de photos, cliquez ici!

 

Ma activité professionnelle sur Radio Sound avec Territori Sonori

Activité professionnelle en radio

J’ai travaillé de 2011 à 2012 sur Radio Sound, pour laquelle j’ai réalisé une émission au sein delaquelle j’était autrice et speaker.
« Territori Sonori » est un voyage de l’esprit et le son entre l’énergie, la perception, le rythme et la mélodie.
Le rendez-vous tous les mardis et les vendredis de 21:00 heures à 23:00 heures.
Aussi en streming: http://www.radiosound.fm/
Pour écouter et  télécharger des podcasts su iTunes: Territori Sonori su iTunes, abbonati gratuitamente e ricevi gli aggiornamenti

[nggallery id=44]

A la découverte de l’Egypte

Ma découverte de l’Egypte début avant l’Anniversaire du 25 janvier, date qui en 2011 a marqué la révolution, peu de temps après celle initiée par la Tunisie.
J’ai participé à un projet international de l’Association OMA (Oyoun Masr Association), le CAWC,  pour la promotion de l’Egypte dans le mond entière.
En douze jour j’ai eu la chance de visiter des lieux très intéressants pour comprendre la vie scientifique, sociale, culturelle et politique du pays. J’ai visité la ville du Caire et Alexandria d’Egypte avec sa bibliothèque, la plus célèbre de l’Antiquité, « officine de l’âme ».
J’ai apprecié la beauté et l’histoire millénaire du pays avec ses Pyramides, que ce soit en plein coeur du souk du Caire, au siège du journal Al Ahram, à quelques mètres de la place Tahrir, devenue le lieu de rassemblement des manifestations et symbole du mouvement révolutionnaire, ou encore dans les autres lieux touristiques que j’ai visité.
L’experience du désert était merveilleuse: il invite à une rencontre avec l’intime de soi, les autres, la nature, l’univers. Exceptionnelle Siwa et son magnifique paysage de ses lacs étendus et de ses célèbres monuments.
Inoubliable l’escapade en 4×4 à l’exploration de la grande mer du sable en traversant le Désert Blanc, une vraie aventure au milieu des grandes et impressionnantes dunes de sable sans oublier la découverte de surprenants petits lacs d’eau douce en plein désert et sources chaudes aussi.

A la fin du project, j’ai obtenu le  Certificat de Ambassadrice de la Civilité Egyptienne donné par le Ministère de la Culture d’Egypte et le Ministère des Affaires étrangères d’Egypte.

Cliquez ICI pour consulter l’album photos Egypte 2012!

Exposition Egypte: Un printemps artistique et révolutionnaire entre le passé, le présent et l’avenir, Rome 22/12/11

 L’Ambassade d’Egypte -Bureau Culturel et l’Association Socio-Culturelle OcchiettiNeri

présentent l’exposition

EGYPT: UN PRITEMPS ARTISTIQUE ET REVOLUTIONNAIRE
ENTRE LE PASSÉ, LE PRÉSENT ET L’AVENIR
de Alessandro Sammarra
Commissaire d’exposition Elisabetta Ricci

22 – 30 DECEMBRE 2011
CENTRE CULTUREL EGYPTIEN, via delle Terme di Traiano, 13 – Roma

 

VERNISSAGE

Invitation de l’Attaché Culturel Prof. Taha Mattar au vernissage de l’exposition en collaboration avec l’Association Socio-Culturel “OcchiettiNeri”

le 22 juillet à 18:00 heures au
CENTRE CULTUREL EGYPTIEN, via delle Terme di Traiano, 13 – Roma

Exposition Egypte

INFO
Centro Culturale Egiziano – via Terme di Traiano, 13 – Roma
tel. 06.4872302 – fax 06.4872351
e-mail: uffculturalegiziano@libero.it – uffculturalegiziano@yahoo.it
OcchiettiNeri
Call Center Numéro Vert (lun-sab 08:00-19:00) 800.090502
fax: 0984.679805
e-mail: associazione@occhiettineri.it

 

L’EXPOSITION
par Elisabetta Ricci, commissaire d’exposition

Un hommage souffert et déchiré cela de Sammarra à l’Égypte et à la Révolution en acte, un procès qui n’est pas encore fini, au contraire, à peine entamé. Une profonde crise qui soulève des nombreux interrogatifs et qu’il contribue à viser les projecteurs sur le Pays arabe, pour longtemps leader, repère de prestige qu’on retrouve à faire les comptes avec un délicat passage politique et social avec des frontières incertaines et problématiques.

Bien tracé est, par contre, le fil rouge qui dans l’exposition de Alessandro Sammarra unit le mystère de l’ancienne civilisation, les fastes du passé et les actuels bouleversements. D’une vision classique, statique, puissante d’Egypte ils émergent les accrocs du présent déchiré de heurtes, dans une fusion passé-présent-future qui ne connaît pas écart temporel, parce que lié par le tempérament d’un peuple fier et courageux qui combat pour les idéaux de paix et démocratie.

Les fentes qui traversent les photographies révèlent une réalité dramatique, étouffée pendant long temps, qui casse avec véhémence les barrières et les schémas de l’oppression.
Le Temps, confiné dans un Hyper Uranium imperturbable, glisse dans une évolution qui ne connaît pas de frontières, et il se projette avec instantanéité vers un future proche d’incertitudes et de précarité.

Pourtant, la technique de Sammarra laisse émerger le drame de la bataille pour la dignité des peuples par une structure puissante qui, malgré tourmentée, blessurée, déchirée, résiste aux bouleversements et il constitue un valide port sûr auquel les bras forts des jeunes égyptiens peuvent aboutir.

Un message, donc, douloureux et significatif, ainsi que exemplaire pour tous les Pays émergents et pas qu’ils suivent la sillage révolutionnaire, trempés de la souffrance et de la passion.

Avec une géniale intuition, Sammarra place le Sud du Monde au premier plan, et il fait en s’inspirant à un regretté artiste de Calabre, Mimmo Rotella, qui à partir des ans ’50 expérimente l’« affiche déchirée ».

Et une affiche déchirée est « Egypte : Un printemps artistique et révolutionnaire entre le passé, le présent et l’avenir», témoignage de l’engagement, militant, de l’artiste, aux côtés de ceux qui luttent, sur le champ, pour ses droits.

À travers un attentif examen des oeuvres de Sammarra on cueille un univers de symboles, significations et signifiants qu’il trace une ultérieure constellation idéale disloquée sur plus de plans de lecture.

Le nombre de tableaux – treize – n’est pas fortuit, puisque il renvoie à signifier la fin d’un cycle. Treize sont les mois lunaires pendant une année, aussi le nombre treize annonce la necessité d’abandoner les vieux systèmes pour seconder le temps du changement.

Un nouveau départ, donc, pour l’Egypte. Comme dans un rite iniatique, la personne initiée est aussi l’usager de l’exposition qui, plein de douleur et tension entre le fini et l’infini, entre joie et souffrance, arrive au niveau plus haut de la hiérarchie : la conscience. Il sort de la caverne ébloui par nouveaux horizons qui tombent sous ses yeux.  Treize, en effet, est aussi 12+1, ou la figure de l’initié, qu’il prend vision des tables et acquiert conscience de valeurs revendiquées et encore enveloppés d’un halo d’incertitude. Liberté, Égalité, Dignité humaine.

L’exposition est donc un coup de fouet aux consciences engourdies et assoupies, un appel à la militance active.

Les treize tables renvoient à la cyclique et éternelle destruction et à la création de la vie. Une nouvelle vie pour l’Egypte dans une oeuvre structurelle ambitieuse de renouvellement politique et social.

Alphonsine

Voilà le court-métrage réalisé par Alessandro Sammarra et produit par ma Association Socio-Culturelle “OcchiettiNeri”, sorti en 2011.

Une des plus belles histoires d’amour et douleur de la littérature tournée à Paris, dans ses rues froides et grises.
Vedette absolue Alphonsine Plessis dite Marie Duplessis, comtesse de Perrégaux.
Elle fut une célèbre courtisane française ayant inspiré à Alexandre Dumas Fils le personnage de Marguerite Gautier dans la Dame aux camélias.
Deux femmes, deux époques, deux destins qui s’entrelacent. Alphonsine vient du temps passé, elle vit son présent dans son ovale encadré par de long cheveux noirs, les yeux pâles, gemmes scintillantes dans le milieu de la nuit.
Sa inquiétude existentielle, si mystérieuse, s’exprime dans la routine, chaque jour, qu’elle soit serrée par des bras amoureux ou dans une souris amère.
Alphonsine revient, peut-être pour rester, ou seulement pour laisser encore un trace, dans le cœur de ceux qui l’aimaient, et pour marquer son passage dans les rues de la Ville Lumière…

Affiche court-métrage Alphonsine

Photos du court-métrage et backstage

 

Et voilà la bande annonce du court-métrage

Voyage de fin d’année à Paris, pour finir en beauté!

Voyage de fin d’année à Paris, une belle façon de terminer le 2011!
La ville Lumière s’illumine de nouveau pour les fêtes, les rues et monuments sont illuminés, les boutiques joliment décorées, les vitrines des grands magasins s’animent et les Champs-Elysées, « la plus belle avenue du monde », s’éclairent de mille feux.
Pour finir l’année en beauté, quoi de mieux qu’une grande soirée au tour de la capitale la plus visitée et surtout la plus romantique du monde?
Paris est magnifique toute l’année, mais elle devient magique lorsque les fêtes approchent: quand la tour Eiffel s’illumine et les boutiques se remplissent…
Voici les photos prises durant les fêtes de fin d’année, cliquez-ici! Bon voyage! 😉

Pleine Lune

Solitude au clair de Lune.

Plusieurs années ont passé depuis la lecture de L’Étranger à la Terre, écrit par Richard Bach.
Cependant,  la solitude n’est pas qu’un sentiment fugace, un beau voyage intérieur, de solitaire au tour de la vie, parfois cruel, parfois en rose.

Voilà l’éternelle, écrasante conviction de celui qui est étranger à la terre.

Écrivait le poète de l’amour et l’introspection cosmique…

La lune à Vaccarizzo Albanese
Copyright et crédit http://www.alessandrosammarra.fr

« Je serai le nuage; toi tu seras la lune.
Je te couvrirai le visage de mes deux mains,
et le toit de notre maison ce sera le ciel bleu.
… Je serai les vagues et toi une plage lointaine
Je roulerai, roulerai, roulerai,
et m’écroulerai sur tes genoux.
Et personne au monde ne saura
où nous nous trouverons tous deux. »

Rabindranath Tagore

Alaric, le documentaire-fiction entre l’histoire, la légende et l’Amour

Cependant les pierres vibraient sous mes pieds, semblaient vouloir me dire quelque chose, des histoires transmises de génération à lesquelles on ne peut pas échapper!
Le mythe et la légende d’Alaric.

Alaric est la rivière de la légende qui capture et conserve l’histoire des nations, tournants majeurs qui ont marqué le cours de l’action humaine.

Le documentaire-fiction réalisé par Alessandro Sammarra est sorti en 2011.
Protagoniste un femme venue de la Provence sur les traces d’Alaric qui amène le spectateur par la main et le conduit à travers mille six cents ans d’histoire, depuis la descente du roi barbare de l’île de Peuce, jusqu’à la disparition à Cosenza, en Calabre. Un itinéraire à travers les chemins parcourus par Alaric à la recherche de l’essence de cet homme extraordinaire qui a osé mettre le siège devant Rome et aller là où d’autres n’avaient pas osé.

Le voyageuse explore les complexités de la ville antique, mais n’est pas le trésor à attirer son attention (elle ne le mentionne pas directement), plutôt, les raisons de l’histoire, les mécanismes qui sous-tend les ineffables cours et recours historiques.

Plusieurs, par conséquent, les niveaux de lecture que sont révélés au spectateur.

Alaric, avant que condottiere, est un homme qui depuis les rives du Danube suit un design audacieux qui le libère de avancer vers les terres fertiles de la Calabre, où le sort lui prend au dépourvu.

 

La mystérieuse femme française, animée par un désir de retracer l’animus de l’orgueilleux roi barbare, plonge dans les profondeurs de l’histoire, de engins qui ont marqué le destin de l’humanité, et donc, presque insciemmente, vers le bas dans sa vie intérieure à travers un dédale introspective.

La figure de la protagoniste apparaît, par conséquent, sublimée jusqu’à ce qu’une augmentation de la voix narrative.

Soudain, comme si aspiré dans le tourbillon de l’histoire, la femme mystérieuse française retrouve retrouve sa dimension concrète, bien entourée de ancestralité.
La protagoniste n’est rien de plus que Galla Placidia, créature féminine qui a su conduire un empire et induire en erreur l’amoureux et astucieux Alaric.
Voilà la raison de l’errance continue, de déjà vécu, de retourner sur les lieux après mille six cents ans d’histoire.

Le protagoniste, comme Ulysse, aborde le thème du retour incomplète, parce que, comme une branche du courant impétueux tirée vers le haut en Provence, elle était otage d’un autre destin, elle devait se marier avec Ataulf.

Alaric, le symbole de la légende à laquelle les gens comptent sur le souvenir impérissable, c’est d’abord un homme avec son humanité et est par son humanité que la protagoniste se retrouve elle-même et ses racines.

Le documentaire-fiction « Alaric » a gagné le première et unique prix du Concours organisé par la ville de Cosenza « J’ai vu un Roi .. court »

L’Associazione Socio-Culturale OcchiettiNeri
présente

en collaboration avec
VM Produzioni Video

Alaric

de Alessandro Sammarra
avec Elisabetta Ricci

Sujet et scénario
Elisabetta Ricci

voixe narratives
Elisa Ianni Palarchio
Francesco Tricoli

Images vidéo
Marcello Vocaturo

photographie et monteur
Alessandro Sammarra

conseiller technique
Costantino Sammarra

secrétaire d’édition
Maria Romina Calabrese

cover_alarico

La bande-annonce 

Le reportage RAI

Voilà les photos de la remise de prix du Concours et de backstage!

 [nggallery id=45]