Insensibles, le film de Juan Carlos Medina

Insensibles. N’oubliez jamais.

Avec Insensibles Juan Carlos Medina place le spectateur sur le pistes d’un train aux frontières indéfinies pour perceptions sans limites.

 

insensibles_1

Le film en sortie dans les salles le 10 octobre 2012 a été présenté en avant-première le 29 septembre 2012 au cinéma Gaumont Opéra (Paris) pour Les Minuits de l’Opéra en presence du réalisateur.

insensibles_2

J’étais là avec une invitation, entre un public desireux d’assister à la séance.

insensibles_3

L’histoire commence, le surréalisme domine avec une dimension onirique. Comme au bord du précipice il faut se decider, si prendre la vie en main et avoir la conscience, ou oublier et se laisser tomber.
Pas facile pendant la progression de la narration.
Il ya des enfants, les Insensibles, qui ne souffre pas parce que ils ne connassient pas la douleur mais ils sont également condamnés à la solitude, à la prison à vie.
Le scénario est simple: il y a une guerre, le conflit espagnol qui oppose les Républicains aux bérets noirs fascistes et un autre conflit, contemporaine et intérieur, d’une autre nature qui trouve ses origines dans la susmentionée histoire (1936-1939).
Les deux partie du film se poursuivent parallèlement, mais ils sont connectés par un fil rouge autour du coeur et de la tête .

La bande annonce du film

Le point de départ et d’arrive vont se rencontrer pour racconter l’histoire de l’homme. Au carrefour du fantastique, aux frontières du réel.
Un homme et son destin, la nécessité de retrouver la juste perception de la vérité à travers une recherche qui se perpétue à l’infini.

Sans se souvenir du temps passé est impossible de construire le future, réinsegnement rhétorique peut-être qui Juan Carlos Medina véritablement fait devenir actuel parmi une perfecte synthèse entre réel et fantastique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *